U.S BOUCHET : site officiel du club de foot de BOUCHET - footeo

Interview 1 du 16/02/2014

17 février 2014 - 19:29

NOUVEAU!!! Parce qu'une star sommeille en chacun de nous. A l'initiative du coach, tous les 15 jours, c'est une personnalité du club qui sera interviewée.

Pour cette première , bien qu'il n'ait rien demandé, c'est un joueur emblématique de l'USB que j'ai souhaité interviewer, j'ai nommé Jordan COLIN.

Ce n'est pas un choix innocent car les bruits de vestiaire ainsi que la presse spécialisée annonceraient son départ prochain, mais aussi parce qu'il a contribué durant de nombreuses années à écrire l'histoire du club dont il a longtemps été le capitaine charismatique de la première.

Il convient donc d'éclaircir la situation et de recueillir ses impressions suite à un match moyen de la première face à VEDENE qui s'est soldé par un nul 2-2 et qui peut laisser nourrir à ses protagonistes de vifs regrets.

C'est un Jordan égal à lui-même que je retrouve à la buvette, entouré de ses coéquipiers, détendu, un verre de bière à la main.

Ce dernier n'est pas très loquace et répond très brièvement aux questions, sans s'étendre sur les sujets abordés, mais nous mettrons cela sur le compte de l'humilité légendaire propre aux grands joueurs.

_Bonjour Jordan, quel est ton ressentiment quant au match d'aujourd'hui?

JC (Jordan Colin, pas Jésus Christ): il est clair qu'on peut regretter de ne pas avoir remporté ce match aujourd'hui, mais après avoir été mené 2-0 on arrive quand même à faire un nul et à prendre des points. C'est malgré tout une belle réaction d'un groupe solidaire après un début de match catastrophique.

_Il paraîtrait que tu quittes le club, était-ce ton dernier match aujourd'hui sous les couleurs de l'USB?

JC: Je ne sais pas encore si ce sera le dernier mais effectivement mes obligations professionnelles m'obligent malheureusement à quitter Bouchet pour Romans/Isère.

_Tu te doutes que cette nouvelle affecte tout le club: tes coéquipiers, le staff, nos supporters et tes nombreux fans. Mais vas-tu signer dans ta nouvelle localité ou cela sonne-t-il la fin de ta carrière? Ce qui serait une perte irremplaçable pour le monde du football mondial actuel. 

JC: Pour l'instant c'est une question qui restera en suspens...

-C'est indéniablement une grosse perte pour le club, tant sur le plan sportif qu'humain. Rappelle-nous depuis quand tu portes nos couleurs.

JC: Et bien cette saison cela fait déjà 10 ans de bons et loyaux services.

_J'imagine qu'on va te manquer... ou pas...

JC: Bien sûr que que vous allez me manquer, c'est vraiment une question de merde.

_J'avoue, dans ce cas, qu'est-ce que tu retiendras de ces 10 ans passées au sein de ce "club à part"?

JC: C'était bien, j'e n'en garderai que des bons souvenirs, de belles rencontres, des apéros d'anthologie...

_Je m'en serais douté c'est bizarre, à ce sujet le foot est-il compatible avec la force rouge?

JC: Bien sûr que non, on l'a déjà tous prouvé sur le terrain, encore une question pourrie.

_OK, mea culpa, mais alors quel sera ton meilleur souvenir en 10 ans de carrière chez nous?

JC: sans prétention aucune je dirais mon quadruplé de la saison dernière contre SUZE au stade Eric CANTONA de SAINTE-CECILE.

_Et le meilleur joueur avec qui tu as évolué?

JC: sans conteste mon cousin. Jaja bien sûr, pas Audric faut pas déconner non plus.

_Cela va de soi, j'avais bien compris. Et je peux aussi te demander quel a été ton meilleur entraineur?

JC: Ah ça non, c'est trop intime, je ne vais pas dévoiler ça au premier reporter à deux balles venu.

_Très bien, puisque tu es aussi aimable à mon égard, as-tu réglé ta licence cette année, parce que même si tu ne finis pas la saison tu dois en payer l'intégralité (Séverine, sors de mon corps!).

JC: Pour ta gouverne, sache que je l'ai toujours payé rubis sur l'ongle et en temps et en heure. J'ai même déjà laissé des chèques de caution pour certains en plus de la mienne.

_Tu dois sans doute vouloir faire référence à Youf, bel exemple en tous cas, certains feraient bien d'en prendre de la graine (hein Séverine!). Et puisque nous sommes dans les grandes phrases, pour conclure, ensuite je te laisse siroter ta bière tranquillement, si tu devais laisser une citation...

JC: A BOUCHET on n'est pas des PD!!!

C'est sur ces paroles éloquentes que je laisse Force Rouge à sa cyrose. Etrangement il n'a pas encore terminé son verre. Sans doute a-t-il le coeur lourd de devoir abandonner ses futurs anciens coéquipiers, son club, son village. Ici on ne l'oubliera pas et il aura toujours sa place à la buvette, et d'autant plus sur le terrain si Dieu veut un jour qu'il puisse revenir.

C'était Anthony FORNES pour USB International.

 

ps: comme indiqué au début de cet article, cette interview est une première. Afin d'améliorer les suivantes je suis ouvert à toutes vos idées ou autres recommandations afin d'amméliorer cet exercice. N'hésitez pas à me transmettre vos envies lors des prochains entraînements, notamment et de préférence sous la douche.

Commentaires

Staff
franck martinez
franck martinez 23 février 2014 09:32
Dirigeant

Interview tout en finesse , en subtilité , en sous-entendu teinté d' ironie , le phrasé ; tout un art!!!! Bravo Antho

Steven Minaret 19 février 2014 13:45
Joueur

C'était parfait un Jean-Pierre pernot

Staff
joseph ferrigno
joseph ferrigno 18 février 2014 08:21
Entraîneur

antho c'est exactement ce que j'attendais de toi avec cette pointe d'humour . EXCELLENT.

Staff
Valérie Prosec Devenyns
Valérie Prosec Devenyns 18 février 2014 07:51
Supporter

excellent

Nico Rolland 17 février 2014 23:01
Joueur

bravo c est impressionnant pour une premiere continu j ajouterai meme bleufant

Staff
usbouchet
usbouchet 17 février 2014 23:00
Président

Anto t'es trop con, oh pardon trop bon!!!!!

Séverine ROUX 17 février 2014 22:52
Dirigeant

J'adore